Dynamique des Fluides

La recherche en dynamique des fluides à l'UME est orientée vers les écoulements non visqueux comme ceux que l'on rencontre autour des véhicules des transports terrestres ou maritimes pour lesquels la turbulence est inévitable. Fondamentalement, la transition turbulente d'un écoulement reste toujours incomprise et constitue un point central de nos activités. Elle est donc étudiée au laboratoire dans un écoulement modèle de cisaillement plan. L'étude et le contrôle des sillages turbulents à pour intérêt de comprendre et de réduire les forces du fluide agissant sur un corps en mouvement. Dans le cas de l'air, nos recherches menées dans nos souffleries trouvent des applications directes en aérodynamisme automobile. Dans notre tunnel hydrodynamique, les écoulements de sillage possèdent en plus la capacité de caviter. C'est-à-dire que les régions de plus basses pressions deviennent le siège de production de vapeur d'eau. A partir de caractérisations expérimentales, la cavitation, et plus généralement les écoulements à surfaces libres, sont modélisés à partir de simulations numériques d'écoulements compressibles. Ces études visent principalement des applications en hydrodynamique navale. Cependant, on utilise aussi le phénomène de cavitation comme outil de visualisation d'un écoulement complexe à grand nombre de Reynolds.


La composante fluide de l'équipe DFA participe à des actions de recherches transverses pour des applications en interaction fluide-structure  telles que la compréhension de l'écoulement autour de cordes vocales (biomécanique), de cylindres en vibrations (crayons à combustible de réacteurs nucléaires), d'interaction fluide structure en régime de cavitation. Elle est aussi impliquée dans l'étude des vibrations non linéaires de plaques minces en grande amplitude où un état de turbulence "solide" comparable à la turbulence des fluides est observable.